Voyager en Espagne grâce à l’auto-stop

voyager-en-espagne-grace-a-lauto-stop

Oui, tu peux voyager en Espagne et au Portugal en un mois avec 200 € de budget !

Vous n’y croyait pas ? Comment cela est – il possible? Où est le piège ? Il doit y avoir un hic !

Le hic, c’est le CouchSurfing et l’auto-stop. Vous pouvez en lire d’avantage sur ce sujet dans le précédent article. Dans cette article, nous allons partager avec vous notre expérience avec mon ami Adina pendant le mois d’août. Nous sommes parties de Valence pour arriver à Pampelune :

Nous nous sommes rejoins à Valence, nous avons passé quelques jours sur place et j’ai pu faire avec elle le tour de la ville. Nous avons ensuite goûter aux spécialités espagnoles et aux spécialités de Valence.

Le premier stop a été de courte distance, pour aller à Javea (marqué sur la carte B). Nous avons interrogé la police locale sur les lieux surs d’auto stop. Ils nous ont emmenés à ce lieu. A partir de là, nous avons facilement obtenu un stop directement à Javea, où nous avons vu de belles plages et fais des rencontres avec des valenciens qui étaient venues passer leur été ici.

Le prochain arrêt était Grenade (marqué C)La route était longue et horrible jusqu’à Murcie, mais plus tard, nous avons eu un tour directement à Grenade. Le gars a vécu à Split, en Croatie, mais aime beaucoup l’Espagne et parle croate ! Imaginez un peu! 🙂

Nous n’avons pas trouvé d’hôte CouchSurfing à Grenade parce que c’etait en août, et qu’il y a beaucoup de demande pour cette destination, de plus, tous les élèves sont de retour dans leurs villes natales. Nous avons décidé de faire une promenade et demander aux gens où nous pourrions mettre nos sacs de couchage pour la nuit.

Une dame nous a dit d’aller à la place Saint- Nicolas pour dormir.

– Mais dormir dehors peut être dangereux, quelqu’un pourrait vous voler ! – A dit une autre dame.

– Comment quelqu’un pourrait voler quand il n’y a rien à voler ? Elles n’ont pas d’objets de valeur ! – A répondu la première dame en riant.

A notre arrivée au centre de la ville, j’ai suggéré une promenade autour afin de rencontrer d’autres personnes.

– Pourquoi ? –  me demanda Adina.

– Eh bien, ils connaissent sûrement d’autres endroits plus sûrs pour dormir. – Je lui ai répondu.

– Mais si nous ne rencontrons pas d’autres gens ? – me dit-elle.

– Eh bien, nous allons demander à une personne au hasard pour savoir où pouvons nous rencontrer du monde. – dis-je en rigolant, face à cette idée brillante !

Un gars nous a conseillé la rue principale de la vieille ville, car il y a un bon endroit pour dormir à la fin de la rue. Mais en marchant dans cette rue, nous avons vu un musicien de rue qui était sur ​​le point de commencer à jouer de la flûte.

– Eh , il n’est même pas 10 heures, on pouvait s’asseoir et profiter de sa musique pendant un certain temps. Nous n’allons pas nous coucher tout de suite de toute manière. – ai-je lancé !

Dès que nous avons mis nos sacs à dos vers le bas, une autre fille qui assistait déjà au mini concert de ce musicien s’est approché de nous.

– Eh les filles, vous semblez ne pas avoir d’endroit pour passer la nuit. Il y a une maison de voyage, juste au coin de la rue ! – dit-elle.

– Oh mon Dieu, comment ai-je pu oublier ! C’est le projet de mon ami ! – J’ai complètement oublié que mon ami de la Serbie, Lazar, a décidé que la maison Voyage sera à Grenade cette année.

Dibujo 2-voyager-en-espagne-grace-a-lauto-stopMaintenant, vous vous demandez probablement, comment la fille a pu deviner que nous n’avions pas un endroit pour passer la nuit ? Eh bien, si vous voyez des touristes la nuit avec un sac à dos, qui viennent s’asseoir autour de vous – c’est probablement parce qu’ils sont fatigués et qu´ils n’ont pas d’endroit où aller. (Sinon, ils auraient d’abord déposé leurs lourds sacs à dos avant de se promener au centre-ville pour écouter les musiciens de rue).

Nous avons passé quelques jours à Grenade, ou devrais-je dire quelques nuits. Il faisait trop chaud pour quitter l’appartement quand le soleil était haut.

Le prochain arrêt était Lisbonne (marqué E) . C’est à plus de 700 km de Granada. Nous savions que ça allait être difficile. Nous savions également que ça allait nous prendre deux jours (l´Espagne n’est pas vraiment le pays le plus facile pour faire de l’auto-stop car dans certains pays, un jour est plus que suffisant pour 700 km).

Après une journée épuisante à faire de l’auto-stop, nous sommes arrivés à Séville. Il était 20 heures, il faisait 38 ° C et nous ne voulions pas passer une seule minute de plus là-bas. Nous avons continué à faire de l’auto-stop jusqu’à Lisbonne, juste pour sortir de cet enfer.

Un couple dans un camping-car nous a récupérés. Ils nous ont rapproché de la frontière avec le Portugal, à un petit endroit appelé Isla Cristina (marqué D) . Nous sommes devenus amis, ils nous ont donné de la nourriture et du jus, en échange, nous leur avons donné nos histoires. Ils ont soulevé le toit du camping-car, ce qui a créé une sorte d’espace en forme de tente où deux d’entre nous pouvait dormir. Je ne pouvais pas le croire, nous avons dormi sur le toit d’un camping-car ! : D

Nous avons continué l’auto-stop à Lisbonne le lendemain. Dès que nous avons franchi la frontière, et que nous sommes entrés au Portugal, l’auto-stop est devenu si facile. Nous sommes arrivés à Lisbonne en quelques heures.

Nos hôtes CouchSurfing à Lisbonne étaient incroyables. Nous sommes allés avec eux, à l’arrière du coffre de leur voiture, visiter la ville, aller à la plage, aller à la piscine, sauter un tremplin de 10 mètres. Nous avons rencontré des tas de gens, bues de la bière, mangés de la nourriture.  Incroyable!

La prochaine destination était Porto (marquée F). L´auto-stop de Lisbonne à Porto était facile et sans une seule complication.

Je dois avouer que Porto était ennuyeux. Nous nous sentions épiés pendant toute la traversée car ils sentaient que nous étions des étrangers. Nous avons même voulu retourner en Espagne, même l’auto-stop est si difficile.

Nous avons pris la direction de Santiago, même si nous n’avions pas d´endroit pour y dormir. Après avoir lu les directions non mis à jour sur notre place de l’auto-stop, nous avons commencé à nous perdre et il nous a fallu plusieurs heures pour quitter Porto et atteindre la place de l’auto-stop.

Nous nous sommes faite accoster par un frère et une sœur qui allaient à la ville de Vigo (marquée G) , qui est entre Porto et Santiago .

– Mais pourquoi voudriez-vous aller directement à Santiago, vous pouvez passer une nuit à Vigo? – nous ont ils suggéré.

– Eh bien, nous n’avons pas un endroit pour rester à Santiago, nous pourrions tout aussi bien ne pas avoir un endroit pour rester à Vigo. – lui ai-je répondu.

Ils nous ont informés que leur cousin est un CouchSurfer et vit de colline en colline, dans une maison en bois avec sa colocataire, quatre chiens et un chat. Ils nous ont donné de la nourriture et de l’argent et nous nous sommes fait de nouveaux amis.

Le lendemain, la sœur est venue nous récupérer. Et puis finalement, elle nous a acheté des billets de train à Santiago et nous a emmenés à la plage et elle a ensuite payé pour le déjeuner. Incroyable!

En attendant, nous avons retrouvés un hôte CouchSurfing à Santiago qui est venu nous chercher à la gare, et qui nous a fait rencontrer beaucoup d’autres CouchSurfeurs et des amis. Un moment très agréable.

Nous avons décidé d’aller à Gijon (marqué I) et ensuite Bilbao, un peu avant Pampelune (marqué J ). Nous ne savions pas où nous allions dormir, mais jusqu’à présent, tout s’est avéré incroyable et nous étions assez confiantes.

Alors, nous avons commencé à faire de l’auto-stop, mais nous avons rencontrés des difficultés.

Presque pas de circulation. Personne pour venir nous chercher. Il faisait froid, même si c’etait en août. Nous sommes allées derrière la station d’essence, avons ouvert nos sacs de couchage et avons décidé de dormir sur l’herbe. Il faisait froid. Nous n´avons pas pu dormir parce qu’il faisait trop froid.

Le restaurant de fast-food à la station d’essence fermé à 1h. Je suis allée à l’intérieur pour demander s’ils avaient de la nourriture qui ne se vendaient pas. Ils m´ont donné deux sandwichs de tortillas. Cependant, nous étions trop occupés à nous cacher dans nos sacs de couchage pour nous occuper de la nourriture. Nous mettions cela de côté, d’une voix tremblante en attendant l’aube.

Dès que le ciel a commencé à tourner au bleu clair, nous nous sommes levés et nous sommes allés à ce restaurant fast-food, commander une tasse de thé pour nous réchauffer un peu, après une nuit terriblement froide. Nous avons mangé nos sandwichs de tortillas de la nuit dernière et nous avons essayé de reprendre des forces.

Nous avons demandé à une fille si elle allait à Gijón – elle a dit oui – Cependant, il s’avère qu’elle devait prendre deux amis dans un petit endroit de l’autoroute et puis qu’elle nous emmenerais tous emmener à Gijón. Quand nous sommes arrivé à ce village, il s’avérait qu’il y avait quatre amis, et non pas deux.

– Je suis désolé, les filles. Je pensais qu’il y avait seulement deux filles. – dit la jeune fille. Elle est venue nous chercher et nous as laissé dans un village, à 50 km de l’autoroute.

N´est -ce pas incroyable ? (sarcasme) Il nous a fallu toute la journée juste pour revenir à la route et continuer. Quand nous sommes arrivés à 70 km de Gijón, nous avons décidé de dépenser nos derniers sous pour acheter des billets d’autobus. Lorsque nous sommes entrés dans le bus et nous nous sommes assises, nous avons réalisé combien nous étions fatigués. Épuisées.

J´ai envoyé un texto à Pablo, le gars qui nous a dit qu’il avait des amis à Gijón – il nous a envoyé le numéro de son ami, Alvaro. Nous avons contacté Alvaro qui est venu nous chercher. Il s’est alors avéré qu’Alvaro etait un architecte, plus aisé, vivant dans un appartement de deux étages dans le centre, parfaitement conçu. Nous avions notre propre chambre et nos propres toilettes. Après la nuit que nous avons passé geler derrière une station d’essence, dormir dans un lit semblait comme dormir sur un nuage. Nous nous sommes endormis en quelques secondes.

Il n’y avait pas de lieu pour faire de l’auto-stop pour Gijón, nous avons décidé de suivre les indications et de trouver un endroit agréable où quelqu’un pourrait venir nous chercher. Nous avons perdu environ 3-4 heures pour trouver l’endroit idéal. (Plus tard, j’ai édité l’article, à propos de Gijón sur hitchwiki).

Nous avons fait un tour à une station d’essence près de Santander et tout était très bien, sauf que nous sommes restés coincés et il était clair que nous étions sur le point de passer une nuit dans une station de gaz.

Nous sommes devenus amis avec le greffier qui nous a donné du café, des cigarettes et de la nourriture. Nous avons passé toute la nuit à parler avec lui et d’autres personnes au hasard. En fin de compte, le greffier nous a amener le lendemain matin , presque à Pampelune.

Il nous a donc fallu quatre jours d’auto-stop pour faire 740 km de Santiago à Pampelune. Quel succès ! (nouveau sarcasme ).

A Pampelune, nous avons rencontré nos amis de Valence. Nous avons passé quatre jours à jouer les touristes, à se détendre et à récuperer. Nous l’avons fait… nous l’avons fait !nous l’avons fait ! Cette pensée a traversé nos esprits des millions de fois. Nous l’avons fait ! Nous avons fais du stop sur presque toute la côte de l’Espagne et du Portugal avec 200€. Nous avons apprécié ce moment de paix et de détente bien mérité.

Mais, ce n’était que le calme avant la tempête. Nous avions encore de l’auto-stop à faire jusqu´à la maison. Pampelune – Paris – Munich – Zagreb. Mais ça, c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page